L'institut Nord-Sud

English

Qui nous sommes

Les associés de recherche émérites

Olu Ajakaiye

Le Dr Olu Ajakaiye est un professeur-chercheur pour le Nigerian Institute of Social and Economic Research à Ibadan, où il a occupé le poste de directeur général de 1999 à 2004. Il a aussi occupé le poste de rédacteur en chef du Journal of Economic Management de 1995 à 2002. De 2004 à 2011, il a été directeur de la recherche au Consortium pour la recherche économique en Afrique, à Nairobi. Aujourd’hui, M. Ajakaiye est un membre du Comité consultatif du Rapport sur le développement humain en Afrique du PNUD, 2011, et du Groupe consultatif technique de la Charte des ressources naturelles de la University of Oxford. M. Ajakaiye est un expert de l’économie du développement et il a publié un grand nombre d’articles sur ce sujet. Il détient un doctorat de la Boston University.

Heather Baser

Heather Baser a, durant ses vingt années de carrière, dirigé et géré des programmes de recherche portant sur la capacité, l’assistance technique et les approches-programmes, et particulièrement sur les États fragiles. Ses plus récents travaux ont porté sur de nouvelles approches en matière de surveillance et de capacité d’évaluation. Elle détient un baccalauréat de l’Université de l’Alberta et une maîtrise en affaires internationales de l’Université Carleton.

Jacqueline Best

Jacqueline Best est professeure agrégée à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Ses travaux de recherche portent principalement sur les fondements sociaux, culturels et politiques du système économique mondial. Elle travaille actuellement sur une analyse du rôle de la gestion des risques dans la récente crise financière et elle écrit un livre sur le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale et les différents types de pouvoirs et d’autorités utilisés par deux institutions financières internationales dans le cadre de leurs engagements dans les pays à revenu relativement faible. Elle est une éditrice de la collection Review of International Political Economy des éditions Routledge et elle a été chercheuse invitée à la University of Queensland et à la University of Oxford.

James Bond

Le Dr James Bond est un expert-conseil financier indépendant qui possède une expertise en projets et en financement souverain d’infrastructures et d’industries extractives dans les marchés émergents. Il a occupé des postes supérieurs à la Banque mondiale, plus récemment à titre de directeur général de l’Agence multilatérale de garantie des investissements, de directeur de pays en Afrique, de directeur du secteur de l’énergie de la Banque mondiale, et de directeur de l’exploitation minière pour la Société financière internationale (SFI). Avant de se joindre à l’équipe de la Banque mondiale, M. Bond a occupé un poste de cadre supérieur dans l’industrie pétrolière internationale. Il est un éminent expert en matière de gouvernance des ressources naturelles et de développement. Il détient un doctorat en économie de l’Université de Panthéon-Sorbonne et des diplômes en économie, en finances et en ingénierie.

Stephen Brown

Stephen Brown est professeur agrégé à l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa. Dans les années 1990, il a travaillé durant plusieurs années pour le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Depuis, il a occupé des postes d’expert-conseil pour plusieurs organisations de développement, dont le PNUD, le CAD de l’OCDE, et le CRDI. Ses travaux de recherche portent principalement sur le lien entre les politiques et les pratiques des pays riches et d’autres acteurs internationaux avec la politique dans les pays pauvres, surtout en Afrique subsaharienne. Ses publications traitent de la démocratisation, de la violence politique, de la consolidation de la paix, de la justice transitionnelle/primauté du droit, et de l’aide étrangère.

Fantu Cheru

Fantu Cheru est chercheur supérieur attaché à l’université de la Nordic Africa Institute d’Uppsala en Suède (directeur de recherche, 2007-2011) et de professeur émérite des études africaines et du développement à l’American University à Washington D.C. Auparavant, M. Cheru était membre du comité consultatif du secrétaire général de l’ONU Kofi Annan sur la mobilisation du soutien international pour le nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (2005-2007) ainsi que responsable du Programme économique mondial du Processus d’Helsinki sur la mondialisation et la démocratie, une initiative conjointe des gouvernements de la Finlande et de la Tanzanie. M. Cheru a également œuvré à titre de rapporteur spécial de l’ONU sur la dette extérieure et de l’ajustement structurel pour la Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève de 1998 à 2001. De plus. M. Cheru a exercé les fonctions de conseiller et de consultant pour bon nombre d’institutions et de gouvernements donateurs dont entre autres la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique, le PNUD, le CNUEH, le SIDA, la DANIDA et le NORAD.

Roy Culpeper

Le Dr Roy Culpeper a été vice-président des recherches de l’INS avant d’y occuper le poste de président de 1995 à 2010. Auparavant, il a travaillé au bureau de l’administrateur canadien de la Banque mondiale à Washington, au ministère fédéral des Finances, et au ministère des Affaires extérieures. De janvier à mai 2011, il a été chercheur invité au Woodrow Wilson International Center for Scholars à Washington, D.C. Il est un chercheur universitaire émérite de l’INS, un agrégé supérieur de l’École de développement international de l’Université d’Ottawa, et un professeur auxiliaire à la School of Public Policy and Administration de l’Université Carleton. Il détient un doctorat en économie de l’Université de Toronto.

Cheshmak Farhoumand-Sims

Cheshmak Farhoumand-Sims est une consultante indépendante qui travaille dans les domaines des droits de la personne, des droits des femmes, de l’analyse et de la résolution des conflits, et de la consolidation de la paix. Son expertise porte sur les conséquences sexospécifiques des conflits armés sur les femmes et sur le rôle des femmes dans la consolidation de la paix. Sa thèse de doctorat a porté sur la question des droits humains des femmes en Afghanistan, en étudiant les défis et les occasions liés à la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. En plus d’enseigner dans un certain nombre de programmes d’études sur le conflit, Mme Farhoumand-Sims a aussi œuvré à titre de praticienne de la paix et de médiatrice bénévole, et elle est très active dans les activités de la société civile et de mobilisation sur les politiques.

Heather Gibb

Heather Gibb est une experte-conseil sur l’égalité des sexes et les questions commerciales. De 1992 à 2010, alors qu’elle occupait le poste de chercheuse principale à l’INS, Mme Gibb a participé à des discussions sur l’égalité des sexes et le commerce avec Coopération économique Asie-Pacifique et l’Organisation des Nations Unies et dans la cadre de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. Parmi ses publications, on retrouve Human Rights and Private Sector Development: A Discussion Paper (avec John Foster et Ann Weston, INS, 2008) et Gender and Regional Trade Agreements (APEC WLN, 2008). Auparavant, Mme Gibb a travaillé pour le Bureau du très honorable Joe Clark et la Chambre de commerce du Canada. Elle est diplômée de l’Université McGill et de l’Université de la Colombie-Britannique et elle est membre du International Working Group on Gender, Macroeconomics and International Economics.

Pierre Jacquemot

Le Dr Pierre Jacquemot a été l’ambassadeur de France au Kenya, au Ghana et plus récemment en République démocratique du Congo. De 1997 à 2000, il a occupé le poste de directeur du développement et de la coopération au ministère français des Affaires étrangères. Auparavant, il a dirigé la mission française de coopération au Burkina Faso et au Cameroun. M. Jacquemot a donné des conférences sur l’économie du développement et sur l’économie et la planification. Il a été un expert-conseil pour le PNUD, la Banque mondiale et de nombreux pays africains et sud-américains et il a publié de nombreux livres, articles et études théoriques sur l’Afrique, la coopération internationale et l’économie internationale. Il détient un doctorat en théorie économique (Bordeaux-Dakar, 1972) et en économie appliquée.

Olaf Juergensen

Le Dr Olaf Juergensen compte plus de 15 années d’expérience en développement international. Il a travaillé en Afrique du Sud et au Moyen-Orient sur la nature des conflits et sa relation avec la paix et le développement durables. Il a conseillé des gouvernements, des universités, des organisations de la société civile et des organisations des Nations Unies sur comment mieux aider les sociétés déchirées par la guerre à se relever après un conflit. Ses travaux portent actuellement sur le rôle du secteur des ressources naturelles dans la reconstruction et la transformation après un conflit. Le Dr Juergensen détient un doctorat en géographie de la Queen’s University et il a travaillé pour le Centre de recherches pour le développement international à Johannesburg et pour le PNUD au Mozambique, en Jordanie, en Irak et en Angola.

Andrew Kanter

Le Dr Andrew Kantner a surtout travaillé dans les domaines de la planification familiale et de la santé reproductive, ainsi que sur la recherche, l’évaluation et la surveillance du programme de VIH/SIDA. Au cours des dernières années, il a participé à des projets d’évaluation pour la United States Agency for International Development (USAID), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans des pays comme l’Arménie, le Bangladesh, l’Égypte, la Russie, le Soudan du Sud, l’Indonésie et le Vietnam. Il a participé à la Commission de la population et du développement des Nations Unies de 2011. De 1990 à 1999, il a été un agrégé supérieur pour le East-West Center à Hawaï. Il a publié plusieurs livres et études théoriques sur la santé publique et reproductive. Au début de sa carrière, M. Kantner a travaillé pour le Population Council à New York et le Centre de recherches pour le développement international à Ottawa. Il détient un doctorat en sociologie de la Duke University, une maitrise de la London School of Economics (LSE) et un baccalauréat en économie de l’Université York.

Danny Leipziger

Le Dr Danny Leipziger est professeur en commerce international à la George Washington University. Il est l’ancien vice-président du Réseau de la réduction de la pauvreté et de la gestion économique de la Banque mondiale. Il a également été vice-président de la Commission sur la croissance et le développement avec Michael Spence, lauréat d’un prix Nobel en sciences économiques. Il est souvent appelé à commenter les enjeux économiques mondiaux dans les médias. Avant de se joindre à la Banque, le Dr Leipziger a occupé des postes supérieurs au USAID et au Département d’État des États-Unis. Il est titulaire d’un doctorat en économie de la Brown University. Il a publié de nombreux articles sur les finances et l’économie du développement, la politique industrielle et les activités bancaires.

Alastair McKechnie

Alastair McKechnie a occupé le poste de directeur du Groupe des pays fragiles et touchés par un conflit jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite de la Banque mondiale en 2010. Durant ses 28 années de carrière à la Banque, il a occupé divers postes supérieurs dont ceux de directeur de pays en Afghanistan, au Bhoutan et dans la République des Maldives dans la région de l’Asie orientale, et de directeur des opérations pour la région de l’Asie orientale. Depuis qu’il a quitté la Banque mondiale, M. McKechnie a occupé le poste de conseiller pour le Rapport sur le développement 2011 de la Banque mondiale, il a aidé le G7+ à la préparation du Forum de haut niveau sur l’efficacité du développement, et il est membre du Global Agenda Council on Fragiles States du Forum économique mondial et du Atlantic Council Task Force on Afghanistan, un groupe dirigé par Brent Scowcroft, l’ancien conseiller à la sécurité des États-Unis. Il est aussi expert-conseil pour l’Overseas Development Institute. Il est néo-zélandais et détient des diplômes universitaires en économie et en ingénierie.

Léonce Ndikumana

Léonce Ndikumana est professeur Andrew Glyn d’économie et directeur du programme des politiques africaines au Political Economy Research Institute (PERI) de l’Université du Massachusetts,à Amherst. Il a été directeur des politiques opérationnelles et directeur de la recherche à la Banque africaine de développement, chef de l’analyse macroéconomique à la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique (CENUA) et professeur invité Fulbright à l’Université de Cape Town. Il est professeur honoraire d’économie à l’Université de Stellenbosch. Ses contributions couvrent plusieurs domaines de la recherche et de l’analyse des politiques concernant les pays africains, y compris les enjeux de la dette externe et de la fuite des capitaux, les marchés financiers et la croissance, les politiques macroéconomiques pour la croissance et l’emploi et l’économie des conflits et des guerres civiles en Afrique. Il est co-auteur de l’ouvrage Africa’s Odious Debt: How Foreign Loans and Capital Flight Bled a Continent, ainsi que de douzaines d’articles universitaires et chapitres de livres sur la macroéconomie et le développement en Afrique. Il est diplômé de l’Université du Burundi et a un doctorat de l’Université Washington à St. Louis, au Missouri.

Richard Newfarmer

Le Dr Richard Newfarmer est le directeur pour le Rwanda de l’International Growth Centre à la London School of Economics et à la Oxford University. Il est aussi un agrégé supérieur pour le World Trade Institute. Auparavant, durant ses 28 années de carrière à la Banque mondiale, il a occupé les postes de Représentant spécial de l’ONU et de l’OMC à Genève, de conseiller économique au sein du Département du commerce international de la Banque mondiale, et d’économiste en chef pour les bureaux de l’économiste en chef en Asie orientale et en Chine. Il est l’auteur de nombreuses études de pays pour la Banque mondiale et de nombreux articles sur l’investissement direct étranger. Avant de se joindre à l’équipe de la Banque mondiale, le Dr Newfarmer travaillait à la faculté d’économie de la University of Notre Dame. Il détient un doctorat et deux maîtrises de la University of Wisconsin.

Caroline Pestieau

L’enseignement, la recherche et la politique sont les pierres angulaires de la carrière professionnelle de Caroline Pestieau. Elle a enseigné à la University of the West Indies et à l’Université Concordia et elle a mené et dirigé des recherches à l’Institut C.D. Howe. Elle est l’ancienne vice-présidente du Centre de recherches pour le développement international et du Conseil économique du Canada. De 2002 à 2007, elle a présidé le Consortium pour la recherche économique en Afrique et, de 2003 à 2009, elle a été membre du Conseil d’administration du International Crop Research Institute. Mme Pestieau a été une membre fondatrice du Conseil du Statut de la femme du Québec et une Commissaire de la Commission d’accès à l’information et protection de la vie privée du Québec.

Robert I. Rotberg

Professor Robert I. Rotberg est associé de recherche  à l’INS et titulaire de la Chaire de recherche Fulbright à la Norman Paterson School of International Affairs, Université Carleton. Il est directeur fondateur du Program on Intrastate Conflict de la Kennedy School d’Harvard et président émérite de la World Peace Foundation. Antérieurement, il a été professeur de sciences politiques au MIT, vice-recteur à l’enseignement à l’Université Tufts et président du Lafayette College. Il est Fellow de l’American Academy of Arts and Sciences. Son livre le plus récent est Africa Emerges: Consummate Challenges, Abundant Opportunities (Polity Press 2013) . Avant cela, il a écrit ou édité : Transformative Political Leadership: Making a Difference in the Developing World (Chicago U. Press, 2012), Mass Atrocity Crimes: Preventing Future Atrocities (Brookings, 2010), Corruption, Global Security, and World Order (Washington, D. C., Brookings Institution Press, 2009),China into Africa: Trade, Aid, and Influence (Washington, D. C., Brookings Institution Press, 2008) et Worst of the Worst: Dealing with Repressive and Rogue Nations (Washington, D.C., Brookings Institution Press, 2007). Il a publié When States Fail: Causes and Consequences (Princeton, 2004), de nombreux articles sur les États défaillants et faibles et l’article « Failed States » dans le Oxford Companion to Comparative Politics de 2012 et le Oxford Companion to International Relations.

Margot E. Salomon

La Dre Margot E. Salomon est une chargée de cours principale au Centre for Study of Human Rights and Law Department de la LSE. Elle a développé une expertise en droit international en matière de droits de la personne et son application à la pauvreté dans le monde, au développement et aux enjeux de justice économique mondiale. La Dre Salomon convoque le groupe de recherche interdépartemental de la LSE sur la mondialisation, la pauvreté et la responsabilité. Elle est membre du International Law Association’s Committee on the Rights of Indigenous Peoples. Elle a occupé le poste d’experte-conseil pour le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et de conseillère pour l’Équipe de haut niveau des Nations Unies sur le droit au développement. La Dre Salomon possède les nationalités canadienne et britannique.

Yiagadeesen (Teddy) Samy

Le Dr Yiagadeesen (Teddy) Samy est un professeur agrégé en affaires internationales à la Norman Paterson School of International Affairs de l’Université Carleton. Il détient un doctorat en économie. Ses domaines d’expertise sont le commerce international et l’économie du développement. Il a publié des articles dans des journaux comme Applied Economics, le Journal of International Trade and Economic Development, le Canadian Foreign Policy Journal et le Foriegn Policy Analysis. En 2009, il a coécrit avec David Clement et Stewart Prest le livre Security, Development and the Fragile State: Bridging the Gap Between Theory and Policy (Routledge). Ses travaux actuels portent sur la fragilité de l’État, les pactes fiscaux et les résultats du développement, l’aide destinée au commerce, et les nouveaux donateurs.

Timothy M. Shaw

Timothy M. Shaw est directeur et professeur à l’Institute of International Relations de la University of the West Indies à St-Augustine. Il a auparavant occupé le poste de professeur dans le cadre du Programme sur la paix et la sécurité humaine de l’Université Royal Roads. Pendant trois décennies, M. Shaw a été professeur de science politique et de développement international à l’Université Dalhousie en Nouvelle-Écosse, où il a créé les programmes de 1er cycle et d’études supérieures en développement international. Il est membre du Comité consultatif de la société civile de la Fondation du Commonwealth et il a terminé ses études supérieures à la Makerere University en Ouganda, où il était professeur invité. Il a publié deux séries de livres : International Political Economy pour Palgrave Macmillan et IPE of New Regionalisms pour Ashgate Publishing.

John Sinclair

John Sinclair est un agrégé supérieur à l’École de développement international de l’Université d’Ottawa. Il a auparavant travaillé pour l’ACDI et la Banque mondiale. Au cours des dernières, il a occupé des postes d’expert-conseil pour la Banque asiatique de développement, le Fonds international de développement agricole et l’UNICEF. Il a surtout travaillé en Asie et en Afrique et il a vécu au Sri Lanka et en Égypte. Il demeure actuellement en Indonésie. Ses intérêts de recherche sont l’architecture de développement mondiale, l’efficacité du développement et la gestion axée sur les résultats, l’évaluation, le rendement des pays et des donateurs, la gouvernance et la corruption, l’efficacité institutionnelle, l’inclusivité et la décentralisation. Il a poursuivi des études en économie à la Cambridge University.

Evren Tok

Evren Tok a obtenu son doctorat collaboratif de l’École d’administration et de politique publique et de l’Institut d’économie politique de l’Université Carleton sous la supervision de la professeure Rianne Mahon. Il avait auparavant obtenu sa maîtrise de l’Institut d’économie politique de l’Université Carleton. Le Dr Tok a occupé le poste d’adjoint de recherche de Hany Besada à L’Institut Nord-Sud. Il a été nommé adjoint de recherche émérite en février 2012. Le Dr Tok a été chargé de cours dans les facultés de sciences politiques et de travail social de l’Université Carleton, de l’Université Koç et de l’Université d’Okan, où il a donné des cours sur le développement international, l’économie politique, l’opinion publique et les politiques des pays en développement. Depuis janvier 2012, il occupe le poste de professeur adjoint au sein du programme sur la politique publique dans le monde islamique de la faculté d’études islamiques de l’Université Hamad Bin Khalifa à Doha, Qatar. Les recherches du Dr Tok portent principalement sur la gouvernance des ressources naturelles en Afrique, la mondialisation néolibérale, l’urbanisation, la gouvernance et les institutions internationales.