L'institut Nord-Sud

English

Publications

La crise foncière en Afrique du Sud : les défis de la bonne gouvernance

SApub cover

La crise foncière en Afrique du Sud : les défis de la bonne gouvernance

Publié le 12 avril 2013

L’accaparement international de terres au nom de la sécurité alimentaire et financière a suscité l’attention de la population et de la scène internationale. Selon les estimations, ces transactions, surtout effectuées en Afrique par des investisseurs étrangers provenant de la Chine, de la Corée du Sud, de l’Inde et des États du golfe Persique, ont totalisé entre 20 et 30 milliards de dollars de 2006 à 2009. Les transactions foncières sont devenues une stratégie de sécurité nationale pour les États qui sont confrontés à une pénurie de ressources ou qui se préparent en vue de futures pénuries d’énergie. Ces développements se produisent durant une période où la majorité des pays d’Afrique subsaharienne continuent d’essayer de surmonter une crise foncière parsemée d’obstacles et de défis, comme leur héritage colonial, leur inégalité structurelle, leur insécurité en matière de propriété foncière, leur appauvrissement communal, et leur stress environnemental. Bien que les transactions foncières soient aussi utilisées comme un exemple positif de coopération Sud-Sud, des questions ont été soulevées quant à la distribution des profits et des produits. Les gouvernements africains doivent accroître les bénéfices qu’ils tirent des transactions foncières qu’ils concluent avec des sociétés et des gouvernements étrangers. Ils doivent prendre leurs responsabilités face à leurs populations afin de s’assurer que les allégations de corruption et de détournement aux dépens des collectivités agricoles démunies soient démenties et que les manifestations du néocolonialisme ne soient pas répétées.

Pour consulter ce chapitre, cliquez ici.

Auteurs : Hany Besada and Ariane Goetz